"L'incantation du loup", Poèmes tragiques, Leconte de Lisle, 1884

coquillage


Les Poèmes tragiques de Leconte de Lisle contiennent le troisième volet de son oeuvre, les deux premiers étant les Poèmes antiques (première publication en 1852, édition définitive, 1891) et les Poèmes barbares (1862, édition définitive 1889).
Le recueil compte 36 textes et il est suivi des "Erynnies" (tragédie en deux parties, présentée à l'Odéon en 1873 avec une musique de Massenet).
"L'incantation du loup" est le 20e poème de l'ensemble. Lorsque le loup apparaît dans l'univers poétique de Leconte de Lisle, il est le descendant direct du loup de Vigny, comme il est particulièrement clair dans "Le vent froid de la nuit" (61e texte des Poèmes barbares dont la première publication remonte à 1855). Modèle d'héroïsme et de stoïcisme, il apparaît aussi dans les Poèmes tragiques comme accusateur. En effet, un grand nombre de poèmes de Leconte de Lisle soulignent le caractère prédateur des humains, leur démesure dans leur rapport à la nature, par exemple dans "La forêt vierge" (Poèmes barbares), et celui-ci pourrait se ranger dans la même veine.







manuscrit

dessin et calligraphie d'Eugène Auger pour "L'incantation du loup" dans un recueil de douze poèmes commandé par Victor Diancourt (1825-1910), en 1907 ; homme politique, maire de Reims, puis député, enfin sénateur, c'était aussi un bibliophile.


L'incantation du loup



Les lourds rameaux neigeux du mélèze et de l'aune.
Un grand silence. Un ciel étincelant d'hiver.
Le Roi du Hartz, assis sur ses jarrets de fer,
Regarde resplendir la lune large et jaune.

Les gorges, les vallons, les forêts et les rocs
Dorment inertement sous leur blême suaire,
Et la face terrestre est comme un ossuaire
Immense, cave ou plat, ou bossué par blocs.

Tandis qu'éblouissant les horizons funèbres,
La lune, oeil d'or glacé, luit dans le morne azur,
L'angoisse du vieux Loup étreint son coeur obscur,
Un âpre frisson court le long de ses vertèbres.

Sa louve blanche, aux yeux flambants, et les petits
Qu'elle abritait, la nuit, des poils chauds de son ventre,
Gisent, morts, égorgés par l'homme, au fond de l'antre.
Ceux, de tous les vivants, qu'il aimait, sont partis.

Il est seul désormais sur la neige livide.
La faim, la soif, l'affût patient dans les bois,
Le doux agneau qui bêle ou le cerf aux abois,
Que lui fait tout cela, puisque le monde est vide ?






Lui, le chef du haut Hartz, tous l'ont trahi, le Nain
Et le Géant, le Bouc, l'Orfraie et la Sorcière,
Accroupis près du feu de tourbe et de bruyère
Où l'eau sinistre bout dans le chaudron d'airain.

Sa langue fume et pend de la gueule profonde.
Sans lécher le sang noir qui s'égoutte du flanc,
Il érige sa tête aiguë en grommelant,
Et la haine, dans ses entrailles, brûle et gronde.

L'Homme, le massacreur antique des aïeux,
De ses enfants et de la royale femelle
Qui leur versait le lait ardent de sa mamelle,
Hante immuablement son rêve furieux.

Une braise rougit sa prunelle énergique ;
Et, redressant ses poils roides comme des clous,
Il évoque, en hurlant, l'âme des anciens loups
Qui dorment dans la lune éclatante et magique.



COMMENTAIRE

Le titre du poème  : le mot "incantation" vient du latin "incantatio" (dérivé du verbe" incantare", c'est-à-dire chanter des formules magiques). Le mot, en français, a le même sens, celui d'un chant constitué de formules magiques, il connote toujours un rythme, qu'il s'agisse de réciter, de psalmodier ou de chanter les formules destinées à invoquer des forces surnaturelles, pour le bien ou pour le mal. Par extension, le terme peut désigner un poème dont le rythme est particulièrement accentué et peut devenir lancinant. Dans tous les cas, l'incantation souligne les puissances de la parole. Dans l'incantation, la parole est toujours performative. Dire, c'est vraiment faire.
Le titre peut donc inviter tout autant à découvrir la mise en scène du chant magique du loup et ce qu'il en attend, qu'à considérer le poème entier comme cette incantation.
Le poème : Neuf quatrains d'alexandrins à rimes embrassées entrelacent l'évocation d'un paysage et du loup qui lui est associé ; paysage nocturne (la lune est  évoquée à trois reprises, dans le premier "la lune large et jaune", dans le troisième "La lune, oeil d'or glacé" et dans le neuvième et dernier "la lune éclatante et magique"), paysage d'hiver (mis en place dès les deux premiers vers par trois phrases nominales, évoqué plus précisément dans le deuxième quatrain), paysage de deuil ("Un grand silence" vers 2, la métaphore du" suaire" à la rime du vers 6, la comparaison des rochers à des os épars, "ossuraire", vers 7, "la neige livide" vers 17). Un paysage dont le nom est donné dès le premier quatrain à travers la périphrase définitionnelle "Le roi du Harz". Le Harz  (ou Hartz) est un massif montagneux, en Allemagne, qui présente certaines particularités ; d'abord géographique ; il était couvert d'une forêt considérée comme un reste de la forêt hercynienne décrite par les Anciens (Jules César, Tacite, etc.), laquelle aurait elle-même été une survivance de la forêt primaire couvrant l'Europe durant la préhistoire. Jules César précisait qu'il fallait neuf jours de marche accélérée pour la traverser, ce qui est dire son étendue. Elle était donc un espace où les hommes s'aventuraient peu.



le Harz

paysage hivernal dans la massif du Hartz.


Ensuite des particularités légendaires. Son sommet le plus élevé est le Brocken, lequel est, dans les légendes, un haut lieu de rassemblement de sorcières, en particulier durant la nuit de Walpurgis (Cf. Faust de Goethe et "La montagne du Harz", Henri Heine dans Tableaux de voyage). Cette particularité explique le sixième quatrain dans lequel le loup reproche aux habitants du Harz, "le Nain / Et le Géant, le Bouc, l'Orfraie et la Sorcière"," de n'avoir pas su en interdire l'approche aux hommes. Le bouc et l'orfraie (qui désigne un oiseau nocturne, une chouette, l'effraie) sont associés aux sorcières dans les sabbats. Ils ont donc cessé de faire peur aux hommes, lesquels peuvent envahir la montagne pour exterminer les loups. Car ici, il ne s'agit pas d'une traque, comme dans "La mort du loup de Vigny" auquel le poème doit beaucoup, par ailleurs, mais d'une campagne d'extermination puisque la louve et ses petits ont été abattus dans la tanière " Gisent, morts, égorgés par l'homme, au fond de l'antre" (vers 15). Une pratique répandue en Europe depuis le haut Moyen Age (Cf. Charlemagne et le louveterie). Le loup, lui-même, a été blessé (" Sans lécher le sang noir qui s'égoutte du flanc" vers 26).
Le poème progresse vers la colère du loup, une colère ici légitimée (ce n'est pas la "rage" du loup des fabulistes qui l'incite à croquer tout ce qui passe à portée de dents), progressive qui avance par étapes, depuis le constat de sa viduité dans monde privé des êtres chers , le refus de vivre (5e quatrain), la colère, la haine qui nomme enfin l'ennemi "L'homme, le massacreur antique des aïeux" (vers 29), la fureur, et le hurlement final qui s'adresse à la lune, en appelant à tous les loups passés, mais peut-être aussi à Hécate (lune magique), la déesse qui présidait aux carrefours et aux rituels magiques. Que peut souhaiter le loup sinon l'extermination de l'homme ?

loup


Leconte de Lisle ne propose pas dans son loup, contrairement à Vigny, un modèle à suivre. Le "sauvage voyageur", s'il reste ici plus sauvage que jamais, n'est pas le sublime animal montrant la voie du courage et de la dignité. Bien sûr, il possède aussi cette caractéristique, il ne geint pas, en effet, mais il reste un animal. A aucun moment le poète ne l'anthropomorphise, il se contente de reconnaître (comme Darwin) que l'animal est suceptible d'émotions (" L'angoisse du vieux Loup étreint son coeur obscur," vers 11) même si celles-ci ne bénéficient pas d'une conscience, d'où "l'obscurité" du coeur, en l'occurence des sentiments. Mais Leconte de Lisle sait que les loups sont attachés à leurs meutes, que le loup et la louve sont un couple où le père prend autant de soins de ses petits que la mère (donnée zoologique). Le poète, en donnant au loup une voix, qui souligne la cruauté humaine (les hommes tuent sans nécessité à l'encontre du loup, voir le 5e quatrain), la longue guerre d'extermination menée contre les loups, rappelle une fois encore la démesure de l'homme dans son rapport à la nature, entre la destruction des forêts ("La forêt vierge") ou l'extermination des animaux qu'il considère nuisibles.
Le poème est bien une incantation puisqu'il conduit le lecteur à partager le point de vue du loup, à devenir le loup hurlant à la lune sa haine des humains.



Accueil               Leconte de Lisle