La mer, Tristan L'Hermite, 1627

coquillage


    
     Premier poème de Tristan l'Hermite, "La Mer" paraît en 1627. Il est ensuite recueilli dans le recueil des Vers héroïques publié en 1648. Il y a sa place, en effet, puisqu'écrit durant le siège de la Rochelle où Tristan a accompagné son maître, Gaston d'Orléans, le frère de Louis XIII.
L'ode est un genre souvent choisi pour traiter de grands sujets, qu'ils soient épiques ou lyriques. Tristan, ici, mêle les deux registres, celui épique de la guerre et des tempêtes (pour lesquelles il use, d'ailleurs, à l'occasion, du vocabulaire politique, "vents séditieux" ou " mutinerie" des flots) , celui, lyrique, de la description des divers états de la mer. L'Ode, héritée de Pindare par les poètes de la Renaissance se construisait en trois parties : la strophe, l'antistrophe (d'un nombre égal de vers) et se concluait sur l'épode, généralement, plus courte.
Dans ce poème, il reste une trace de cette tripartition puisqu'aux dix dizains décrivant une mer paisible succèdent neuf dizains consacrés à la tempête et aux dangers de la mer, puis cinq strophes louant Gaston d'Orléans et reprenant la dédicace initiale.
Les dix premiers dizains passent en revue tous les états possibles de la mer, comme une accumulation d'observations faites jour après jour (elle commence avec la mort de Maricour en août et s'achève sur la nuit d'octobre où les pinasses forcent le blocus anglais) : marée basse, marée montante, sous le soleil et sous la pluie, à l'aurore aussi bien qu'au coucher du soleil ou sous la lune. Mais ce désordre n'est qu'apparent, la description commençant par la marée basse pour se terminer sur la marée montante. Il s'agit de mettre en valeur la beauté et la multiplicité de ce qui n'est uniforme qu'en apparence.
En opposition, la suite est consacrée à la mer dangereuse, inquiétante, d'abord à travers les épaves des naufrages, qui fait transition entre le calme et la tempête, puis dans les cinq strophes consacrées au bateau en détresse et à la peur des marins, particulièrement du pilote. Et même si la mer se calme, elle reste un haut lieu de dangers puisque le dernier personnage invoqué est le pirate. Danger que, même calme, la mer recèle toujours, cf. quatrième strophe.
 "La strophe de l'ode par excellence est le dizain isométrique" et un schéma de rimes tel que ababccdeed (Morier, Dictionnaire de poétique et de rhétorique). Tristan, ici encore, adapte les règles à ses besoins. Il choisit bien le dizain d'octosyllabes, comme souvent Malherbe (1555-1628), mais son jeu de rimes échappe, lui, à la règle puisqu'il choisit de distribuer sa strophe en deux quatrains de rimes croisées entre lesquels s'intercale un distique en rimes plates. Rigueur et discipline qui, par contraste, mettent en valeur les mouvements perpétuels du "tableau" évoqué.
On notera le goût de la périphrase.
L'orthographe du poème a été modernisée, mais les majuscules conservées là où Tristan (ou son éditeur) les avaient placées.



1
La Mer
à Son Altesse Royale
Ode


Depuis la mort de Maricour1  
J'ai l'esprit plein d'inquiétude :
J'abhorre le bruit de la Cour2
Et n'aime que la solitude.
Nul plaisir ne me peut toucher
Fors celui de m'aller coucher
Sur le gazon d'une falaise,
Où mon deuil se laissant charmer
Me laisse rêver à mon aise
Sur la majesté de la Mer.

N'est-ce pas un des beaux objets
Qu'ait jamais formé la Nature ;
N'est-ce pas un des beaux sujets
Que puisse prendre la Peinture ?
Et ce Courage ambitieux3
Qui pensant voler jusqu'aux Cieux
Eut une célèbre disgrâce ;
En faisant un dessein si beau,
Pouvait-il cacher son audace
Dans un plus favorable tombeau ?

L'eau qui s'est durant son reflux
Insensiblement évadée
Aux lieux qu'elle ne couvre plus
a laissé la vase ridée.
C'est comme un grand champ labouré :
Nos soldats d'un pas effaré
Y marchent sans courir fortune ;
Et s'avançant bien loin du bord,
S'en vont jusqu'au lit de Neptune
Considérer le Dieu qui dort.

Le vent qui murmurait si haut,
Tient maintenant la bouche close
De peur d'éveiller en sursaut
La Divinité qui repose.
La Mer dans la tranquillité
Avecque tant d'humilité
Dissimule son insolence,
Qu'on ne peut soupçonner ses flots
De la cruelle violence
Dont se plaignent les Matelots.

Le Soleil à longs traits ardents
Y donne encore de la grâce,
Et tâche à se mirer dedans
Comme on ferait dans une glace :
Mais les flots de vert émaillés
Qui semblent des jaspes taillés
S'entredérobent son visage,
Et par de petits tremblements
Font voir au lieu de son Image
Mille pointes de diamants.
2
Souvent de la pointe où je suis
Lorsque la lumière décline,
J'aperçois des jours et des nuits
En même endroit de la marine.
C'est lorsque, enfermé de brouillards,
Cet astre lance des regards
Dans un nuage épais et sombre,
Qui, réfléchissant à côté,
Nous font voir des montagnes d'ombre
Avec des sources de clarté.

Lorsque le temps se veut changer,
Que la Nature qui s'ennuie
S'en va quelque part décharger
De sa tristesse avec la pluie,
Lors, mille monstres écaillés5,         
Que la tourmente a réveillés,
Sortent de l'onde à sa venue,
Saluant Iris dans les cieux          
Qui vient d'étaler dans la nue
Toutes les délices des yeux6.

Mais voici venir le montant,
Les Ondes demi courroucées
Peu à peu vont empiétant
Les bornes qu'elles ont laissées.
Les vagues, d'un cours diligent,
A longs plis de verre ou d'argent
Se viennent rompre sur la rive
Où leurs débris fait à tous coups
Rejaillir une source vive
De perles parmi les cailloux.

Sur ces bords d'ossements blanchis
De pauvres pêcheurs font la ronde,
Espérants bien d'être enrichis
Par quelque largesse de l'Onde.
Car la Mer éternellement
Garde ce noble sentiment,
Avecque son humeur brutale,
De n'engloutir aucun trésors,
Que d'une fougue libérale
Elle ne jette sur ses bords.

Quand les vagues s'enflent d'orgueil,
Et se viennent crever de rage
Contre la point d'un Ecueil,
Où cent barques ont fait naufrage.
Alors qu'une sombre vapeur
Imprime une mortelle peur
Avec ses présages funestes,
Et que les vents séditieux
Pour éteindre les feux célestes,
Portent l'eau jusque dans les Cieux.

Le vaisseau poussé dans les airs,
N'aperçoit point de feux propices :
On n'y voit au jour des éclairs
Que gouffres et que précipices.
3
Tantôt il est haut élancé,
Tantôt il se trouve enfoncé
Jusques sur les sablons humides :
Et se voit toujours investir
D'un gros de montagnes liquides,
Qui s'avancent pour l'engloutir.

L'Orage ajoute une autre nuit
A celle qui vient dessus l'Onde,
Et la Mer fait un si grand bruit
Qu'elle en assourdit tout le monde.
La foudre éclate incessamment :
Et dans ce confus Elément
Il descend un si grand déluge,
Qu'à voir l'eau dans l'eau s'abîmer,
Il n'est personne qui ne ne juge
Qu'une Mer tombe dans la Mer.

Le Pilote désespéré
Du temps qui l'est venu surprendre,
N'a pas le front plus effaré
Qu'un criminel qu'on mène pendre.
La noire Image du malheur
Confond son art et sa valeur ;
Il ne peut faire aller aux voiles :
Il n'entend plus à son travail,
Ne reconnaît plus les Etoiles,
Et ne tient plus son gouvernail.

Son sens ne se peut rappeler,
Son courage vient à se rendre,
Il n'a pas l'esprit de parler,
Ni ses gens celui de l'entendre.
Il se perd dans l'obscurité,
Et si quelque faible clarté,
Lui paraît parmi les ténèbres,
Dans le Ciel tout tendu de deuil,
Il croit voir des flambeaux funèbres
Allumés, dessus son cercueil.

Après cette grande rumeur
Les vents tout à coup font silence,
Et la Mer en meilleure humeur
Perd sa rage et sa violence.
Les Tritons d'écailles vêtus,
Avecque leurs cornets tortus7,
En sonnant charment la furie,
Et se montrant de tous côtés
Apaisent la mutinerie,
Où les flots s'étaient emportés.

Le jour en partant d'Orient,
L'écume toute fraîche éclaire ;
Et poursuit son cours en riant,
D'avoir pris la Mer en colère.
Ceux que le Ciel a préservés,
A l'heure se voyant sauvés,
4
Reprennent aussitôt courage ;
Et perdent leurs dévotions
Et le souvenir de l'Orage
Voyant voguer les Alcyons.

Le Pirate au coeur endurci,
Où la violence est empreinte,
Voyant le temps tout éclairci
Rougit d'avoir pâli de crainte.
Il brave ce fier Elément
Qui le comblait d'étonnement
En lui découvrant ses abîmes :
Et s'assure tout de nouveau
Que ce complice de ses crimes
Ne sera jamais son bourreau.

GASTON, daigne voir ce Tableau
Et ne m'impose pas à blâme
Si je te présente de l'Eau,
A toi qui paraît tout de flamme.
Nos Oracles sont des menteurs,
Et nos devins des imposteurs,
Ou tu joindras à ton Domaine
Tous les Etats et les Confins
Où le Dieu des Ondes promène
Son char tiré par des Dauphins.

Cette Ile qui par tant de jours8,
Fut étroitement assiégée,
Te doit l'honneur de son secours,
Et celui de s'être vengée.
Ce fut ta libéralité
Qui trouva la facilité
D'y faire entrer tant de Pinaces9
Qui promirent sous ton aveu
De ne craindre pas les menaces
De toute l'Angleterre en feu.

Ce fut toi qui les anima ;
Ce fut toi qui les vis résoudre
A percer des Forêts de Mâts,
D'où sortaient tant d'éclats de foudre.
Et nos soldats aventureux,
Sous tes auspices bienheureux,
Virent dans la nuit la plus brune
Que si tout les favorisait,
Ils devaient leur bonne fortune
A ton oeil qui les conduisait.

Mais grand Prince, tout cet honneur
N'est qu'un des rayons de ta gloire,
Dont ton courage et ton bonheur
Enrichiront un jour l'Histoire.
Cet admirable événement
N'est qu'un petit trait seulement
D'une vertu que l'on adore :
Et pour couvrir ton front guerrier,
La Victoire fait bien encore
D'autres couronnes de Laurier.


Quand cet astre ne vient encor
Que de commencer sa carrière
Dans des cercles d'argent et d'or,
D'azur, de pourpre et de lumière,
Quand l'aurore en sortant du lit,
Elle que la honte embellit,
Rend la couleur à toutes choses,
Et montre d'un doigt endormi
Sur un chemin semé de roses
La clarté qui sort à demi ;

Au lever de ce grand flambeau
Un étonnement prend les âmes
Voyant ici naître de l'eau
Tant de couleurs et tant de flammes.
C'est lors que Doris et ses soeurs 4 
Bénissant les claires douceurs
Du nouveau jour qui se rallume
S'apprêtent à faire sécher
Leurs cheveux blanchissants d'écume
Dessus la croupe d'un rocher.





Hokusai
Hokusai, La Grande vague de Kanagawa, 1829 / 1833. Rijksmuseum, Amsterdam.


Soit que la Grèce en sa douleur,
Par ses gémissements t'appelle,
Et sollicite ta valeur
De rompre un joug infidèle.
Soit qu'avec tes prédécesseurs
Tu veuilles te prendre aux douceurs
De Naples et de la Sicile;
Tout obstacle sera brisé :
Et ton bras se rendra facile,
Le dessein le plus mal aisé.

Ce sera lors qu'avec des Vers
Qui naîtront d'une belle veine ;
Je ferai voir à l'Univers
Que ta valeur est plus qu'humaine.
Mes traits auront tant de clartés,
De pompe, d'art et de beautés
Que l'envie en deviendra blême,
Et baissant ses honteux regards,
Pensera qu'Apollon lui-même
Ait écrit les gestes de Mars.











NOTES
1.  Maricour, un des gentilhommes de l'armée de Gaston d'Orléans ("Gentilhomme de Picardie, de très bonne condition, de haut mérite, et l'un des meilleurs amis du sieur Tristan" dit le poète dans sa présentation du poème) tué le jour même de leur arrivée, le 15 août 1627, dans une escarmouche près du fort de Fourneau, cf. le journal anonyme du siège de la Rochelle.
2.  La Cour : l'entourage de Gaston d'Orléans. Le jeune frère du Roi (il n'a pas encore 20 ans), qui avait un goût prononcé pour les complots, s'entourait de jeunes gens aussi bruyants que lui.
3. la longue périphrase (6 vers) qui suit "ce Courage ambitieux" renvoie à l'aventure d'Icare, le fils de Dédale qui, pour avoir volé trop près du soleil, a vu fondre la cire qui tenait ses ailes et s'est englouti dans la mer. La plus célèbre des peintures sur le sujet est celle de Pieter Brueghel l’Ancien, exécutée à la fin du XVI siècle.
4. "Doris et ses soeurs" : les Océanides, filles de l'Océan primordial (Okeanos) et de Thétys.
5. "Mille monstres écaillés" : les Tritons, par démultiplication du Triton unique de la mythologie, lui aussi fils d'Okeanos. Les Tritons sont généralement représentés soufflant dans une conque.
6. Iris est la messagère des dieux. Elle est toujours associée à l'arc-en-ciel.
8. "cette île" : l'Ile de Ré où les Anglais avaient débarqué en juillet 1627, sous le commandement de Buckingham, pour venir soutenir les Protestants. En octobre, l'armée française force l'armée anglaise ("Forêt de mâts") et fait passer 35 bateaux de ravitaillement (les pinasses) destinés aux forces assiégées . Le commandant de la citadelle, le comte de Toiras, résistera jusqu'au bout. Parmi ses soldats tués, Celse-Bénigne de Rabutin, le père de la petite fille qui deviendra madame de Sévigné. Finalement, les Anglais sont chassés en novembre. Le siège de la Rochelle commence vraiment.
9. Aujourd'hui orthographié "pinasse". "Petit vaisseau long et léger destiné à la course" (TLF)




A découvrir
: l'exposition virtuelle de la BnF "La Mer. Terreur et fascination".



Accueil               Tristan L'Hermite