Chroniques de Narnia, Clive Staples Lewis, 1950-1956

coquillage



Si Peau d'âne m'était conté
J'y prendrais un plaisir extrême.

Jean de La Fontaine, "La laitière et le pot-au-lait"




L'écrivain

Il est né à Belfast (Irlande) le 29 novembre 1898, dans une famille bourgeoise d'origine galloise, dont il est le deuxième enfant. Son frère Warren est de trois ans son aîné. A l'âge de 10 ans, en 1908, il perd sa mère. Ce deuil, compliqué par celui du père qui ne parvient plus à communiquer avec ses deux fils, inaugure une période douloureuse dans sa vie. Il est envoyé en pension en Angleterre, dans une école dont il gardera un souvenir amer. Le directeur en était à moitié fou (il va être interné d'ailleurs dans un hôpital psychiatrique) et les conditions de vie des internes peu propices à leur épanouissement. Cette période s'achève heureusement deux ans plus tard. A la fin de ses études secondaires, son père le confie à un ami, W. T. Kirpatrick, qui le prépare au concours d'entrée d'Oxford. Il peut enfin passer ses journées à lire, et dira toujours que c'était là la vie rêvée : campagne et livres.
Admis à l'université, il est appelé dans l'armée en 1917, et envoyé au front. Blessé en avril de la même année, il est rapatrié en Angleterre. Libéré de ses obligations militaires, en 1918, il retrouve Oxford où il étudie la philosophie et la littérature (lettres classiques et anglaises).
En 1931, lui qui dit avoir perdu la foi à la mort de sa mère, se convertit au christianisme. Il enseigne alors à Oxford aux côtés de J.-R.-R. Tolkien et de Hugo Dyson. Leur amitié se développe au sein du cercle des "Inklings", groupe d'écrivains qui se réunissent régulièrement pour partager leurs travaux et leurs critiques. Ses biographes s'accordent à donner à Tolkien et Dyson une part importante dans sa conversion. Lewis la raconte dans son autobiographie, Surpris par la joie, (Suprised by Joy, 1955). Chrétien ouvert et généreux, il devient célèbre en Angleterre, pendant la guerre, par ses causeries religieuses à la BBC. Son oeuvre théologique est importante, comme ses travaux universitaires, à commencer par The Allegory of Love. A Study in medieval tradition (L'Allégorie de l'amour, non traduit en français) publiée en 1936. Spécialiste de la littérature médiévale et renaissante, Jack (comme l'appellent tous ses amis) est professeur toute sa vie, d'abord à Oxford, puis à Cambridge.
Il correspond avec Joy Gresham, une Américaine, elle-même poète et écrivain, la rencontre et l'épouse en 1956. Atteinte d'un cancer, elle meurt en 1960. Lewis, lui-même, meurt  trois ans après, en 1963.
Entre 1950 et 1956, ont été publiés les romans qui vont assurer sa célébrité dans la postérité, Les Chroniques de Narnia.





Lewis

Clive Staples Lewis







Pauline Baynes

Illustration de Pauline Baynes (1922-2008), le faune (avec parapluie et paquets) et Lucy, dans le bois de Narnia. Coloré par l'artiste en 1998.


Les Chroniques de Narnia (traduction française officielle : Le Monde de Narnia) sont composées de sept livres dont chacun peut se lire séparément mais qui n'en forment pas moins un tout qui va de la création du monde à sa fin, même si Lewis lui-même n'a pris conscience de cette unité que progressivement puisque le volume contant la création de Narnia, a été rédigé in fine, presque en même temps que le dernier.
Délibérément écrits pour les enfants (ils sont tous dédiés à des enfants, de fait), dans une langue simple, ces sept volumes plongent de profondes racines dans la littérature la plus savante. Leur charme tient sa plus grande efficacité de ce jeu. Si les enfants se délectent des aventures merveilleuses qui adviennent aux jeunes héros qui se succèdent d'une chronique à l'autre, les lecteurs adultes se réjouissent tout autant de retrouver à chaque tournant du récit, un regard nouveau sur l'ombre portée d'autres récits qui font miroiter les histoires à une profondeur inhabituelle dans les écrits destinés à la jeunesse.

Au départ :

Lewis a raconté lui-même que tout a commencé par une image : celle d'un faune chargé de paquets, protégé par un parapluie, dans une forêt couverte de neige. Il affirme que cette image l'habitait depuis l'âge de 16 ans, et que vers 40 ans, il s'est dit qu'il fallait essayer d'en faire une histoire ("Then one day, when I was about forty, I said to myself : 'Let's try to make a story about it", "All began with a picture", in On Stories: And Other Essays on Literature. 1982). C'est alors que sont arrivées l'image du lion, celle d'une reine sur un traîneau... Le résultat a été The Lion, The witch and the wardrobe, ( Le Lion, la sorcière blanche et l'armoire) publié en 1951, dans lequel quatre enfants se retrouvent dans un monde merveilleux en traversant une armoire pleine de fourrures dans une maison à la campagne. Monde merveilleux où il existe des animaux qui parlent, des nains, des faunes, des hamadryades, des licornes, des sorciers, sans compter toutes sortes de créatures surprenantes, et qui se trouve sous le coup d'un maléfice, celui de la sorcière qui y maintient un éternel hiver et qui détient le pouvoir de transformer en pierre tous ses opposants. Ils se retrouvent chargés par le lion (Aslan) de désenchanter ce monde qui est Narnia dont ils deviendront ensuite les rois et les reines.



Les récits dans l'ordre où ils ont été publiés initialement :




1
. Le Lion, la sorcière blanche et l'armoire magique (The Lion, the Witch and the Wardrobe, 1950)
2. Le Prince Caspian (Prince Caspian, 1951)
3. L'Odyssée du passeur d'aurore (The Voyage of the Dawn Treader, 1952)
4. Le Fauteuil d'argent (The Silver Chair, 1953)
5. Le Cheval et son écuyer. (The horse and his boy, 1954)
6. Le Neveu du magicien (The Magician's Nephew, 1955)
7. La Dernière bataille (The Last Battle, 1956)

Les récits dans l'ordre où ils sont publiés aujourd'hui
1
. Le Neveu du magicien (The Magician's Nephew, 1955) : les débuts de Narnia.
2. Le Lion, la sorcière blanche et l'armoire magique (The Lion, the Witch and the Wardrobe, 1950): l'aventure de Peter, Suzan, Edmund et Lucy contre la sorcière blanche (qui avait fait irruption lors de la création et s'appelait la reine Jadis)
3Le Cheval et son écuyer. (The horse and his boy, 1954) : aventure advenue quand Peter, Suzan, Edmund et Lucy régnaient sur Narnia.
4. Le Prince Caspian (Prince Caspian, 1951) : on y retrouve les quatre mêmes héros attirés par le cor magique et retrouvant Narnia plusieurs siècles après leur première aventure pour aider le jeune Caspian à conquérir son trône.
5. L'Odyssée du passeur d'aurore (The Voyage of the Dawn Treader, 1952) : Edmund et Lucy, accompagnés de leur désagréable cousin Eustache, retrouvent Caspian parti en quête des fidèles de son père.
6. Le Fauteuil d'argent (The Silver Chair, 1953) : Eustache accompagné de Jill, camarade d'école, va avoir pour mission de sauver le fils de Caspian, Rilian, des enchantements d'une sorcière.
7. La Dernière bataille (The Last Battle, 1956) : Eustache et Jill vont tenter d'aider le prince Tririan contre les envahisseurs et verront la fin de Narnia.




La différence entre les deux séries permet de voir que Lewis n'a sans doute pris conscience de ce que construisaient ses récits que progressivement : les deux premiers romans sont des aventures merveilleuses, avec les mêmes héros, mettant en jeu une intrigue similaire, celle d'une perturbation à résoudre ; ils obéissent au schéma du conte, tel que les formalistes russes l'ont défini (situtation initiale, élément perturbateur, péripéties, élément rééqulibrant (une bataille) et situation finale (retour des enfants dans leur monde : l'Angleterre). L'idée que les enfants doivent se succéder apparaît là et le troisième récit garde les plus jeunes et leur adjoint un successeur, semblable à l'Edmund du premier récit : quelqu'un qui doit apprendre à devenir un être humain digne de ce nom. Ce qui entraîne le quatrième, où ce personnage donnera la mesure ce qu'il est devenu en entraînant un nouvel enfant dans l'aventure, une petite fille pour équilibrer, car les récits mettent systématiquement garçons et filles à égalité, ce qui ne les empêchent pas de fustiger au passage la façon dont les filles sont plongées, habituellement, par la société, dans "l'imbécilité", que ce soit Suzan qui finit par ne s'intéresser qu'à la mode et aux rouges à lèvres ou la jeune amie d'Aravis dans Le Cheval et son écuyer. Ce dernier roman appartient encore à la première veine des récits merveilleux. Ce n'est qu'ensuite, semble-t-il, que Lewis y perçoit une totalité, à partir du lion, personnage protecteur de Narnia, dont il fait alors son créateur, en lui donnant une manière d'aura christique, en introduisant une genèse (Le Neveu du magicien) et une apocalypse (La Dernière bataille)




Pourquoi une armoire ?

Parce que toutes les armoires cachent des secrets, oubliés souvent et qu'il est si délicieux de retrouver un jour. Plus sérieusement, Suzanne Bray pense qu'il faut y voir un souvenir-hommage à Edith Nesbit, que Lewis appréciait beaucoup, et qui avait imaginé le cas dans "Aunt and Annabel". Peut-être aussi faut-il y voir le moyen d'introduire le merveilleux dans le plus quotidien, en retrouvant par là le terrain des mythologies celtes dans lesquelles le monde des humains et "l'autre côté", celui des fées dans les lais de Marie de France, ou celui des enchanteurs (Merlin et Viviane) dans les romans de la Table ronde, sont de plain pied : il suffit de passer une rivière, d'entrer dans une forêt, pour aller de l'un à l'autre. Passages toutefois mystérieux, qui ne servent jamais deux fois : l'armoire ici, le tableau dans L'Odyssée du passeur d'aurore, le quai de gare dans Le Prince Caspian, les bagues magiques dans Le Neveu du magicien, la porte au fond du parc dans Le Fauteuil d'argent, le wagon de train dans La Dernière bataille. Ces déplacements ne sont pas non plus sans rappeler ceux de l'Alice de Lewis Carroll (Alice au pays des merveilles, 1865) qui, elle aussi, entamait ses tribulations en tombant dans un trou, plus tard en passant à travers un miroir pour rencontrer d'étonnantes créatures, dont des animaux parlants.
Cette communication aisée n'empêche toutefois pas que le temps s'écoule différemment dans les deux mondes. Des siècles voire des millénaires s'écoulent sur Narnia qui correspondent à quelques minutes, ou des années, c'est selon, sur la terre. Là encore, ce n'est pas sans rappeler les contes où le chevalier s'égare auprès d'une fée et croyant avoir vécu une journée découvre à son retour que cent ans se sont écoulés. Lewis a simplement inversé le rapport des temps, au lieu que le temps ne s'écoule pas dans le monde magique, c'est l'inverse qui se produit.
Par ailleurs, le monde de Narnia n'appartient qu'aux enfants. Les quatre premiers (Peter, Suzan, Edmund et Lucy) doivent chacun leur tour s'en écarter, pour laisser place aux plus jeunes (Eustache et Jill), et comme les héros de la création (Digory et Polly) ils ne reviendront sur Narnia qu'à la fin des temps.



Pourquoi le lion ?

Le personnage présent dans tous les récits, davantage d'ailleurs dans le discours des personnages qui en font une créature tutélaire, que dans ses apparitions, épisodiques, mais toujours bénéfiques, est un lion, Aslan. Lewis s'est toujours défendu d'en avoir fait une allégorie. De fait, ce lion est un vrai lion, beau et terrifiant, mais séduisant et aimable aussi, répandant la joie autour de lui. Personnage mystérieux, il apparaît rarement, toujours de manière majestueuse et pour protéger Narnia d'un danger qui prend le plus souvent la forme d'une usurpation de pouvoir, ou comme dans Le Cheval et son écuyer pour protéger le jeune héros, futur roi, non de Narnia mais d'un royaume ami.
Narnia se présentant comme un monde, certes soumis aux tribulations de l'histoire, après un âge d'or (celui du règne des quatre rois), est aussi un monde où n'existent pas d'êtres humains puisqu'ils sont "fils d'Adam" ou "Fille d'Eve" venus, par magie, de la terre (l'Angleterre) ; cet univers nous semble emprunter dans les rapports entre les créatures animales bien des traits du Roman de Renart, dans lequel le lion est le roi, Noble étant son nom. L'un des traîtres de la fin n'est-il pas un chat, comme Tybert ? Quant à Aslan, si la noblesse est sa caractéristique première, il n'est sans doute pas sans lien avec le lion qui, sauvé par Yvain, l'accompagne dans ses tribulations, dans le roman de Chrétien de Troyes, Le Chevalier au lion.
C'est au Moyen-Age que le lion est intrônisé, en Occident, par l'Eglise, roi des animaux et assure ainsi la déchéance de l'ours, trop païen et inquiétant pour les Chrétiens ; ce dernier, pour faire bonne mesure, étant associé à tous les péchés capitaux.
Ce n'est que dans les deux derniers romans (dans l'ordre de la rédaction) qu'il prend une figure christique. Dans Le Neveu du magicien, il est, par son chant, le créateur de Narnia (dont les phases suivent d'assez près celles du récit de la Genèse) et pour sauver Edmund qui a trahi, il accepte d'être sacrifié, sur une table de pierre. Enfin, dans La Dernière bataille, il accueille, et d'une certaine manière juge, tous les personnages humains (et non humains) qui ont participé à l'épopée de Narnia, des origines à sa fin, dans le véritable royaume de Narnia, toujours plus haut, toujours plus lumineux, lorsque son ombre a été détruite.
Il faut, tout de même préciser, que si allégorie il y a, elle n'a rien de pesant, ni de didactique, et que l'on peut s'en passer pour s'enchanter de la beauté et de la bonté royales que Lewis lui a conférées.




Delacroix, "Tête de lion rugissant"

Eugène Delacroix (1798-1863), Tête de lion rugissant, 1833-35, aquarelle, Musée du Louvre.



Jouer avec la littérature savante (l'intertextualité) :

Lewis a toujours affirmé qu'il avait mis dans ces petits récits tout ce qu'il aimait. Ce qui est vrai des gourmandises de tous ordres, des paysages, des animaux et créatures tout droit sorties des mythologies gréco-latines et des légendes et récits médiévaux, ainsi des faunes et des centaures, du cortège de Dionysos avec ses danseuses et le gros Silène sur son âne, de Méduse qui vient prêter ses pouvoirs à la sorcière blanche, ou de la licorne, des nains, du cerf blanc qui ramène les enfants vers leur monde, de Mélusine qui prête sa beauté et son corps de serpent à la sorcière du Fauteuil d'argent (mais aucune de ses qualités, sauf celle de bâtisseuse, mais ici pour elle-même et ses ambitions), est vrai aussi de la littérature.
Aussi retrouve-t-on, par touches discrètes, légères, une coloration particulière dont l'origine ne se masque pas, mais s'offre estompée. En effet, comme dit plus haut, les animaux ont parfois puisé leurs attributs dans le Roman de Renart ; la création de Narnia doit beaucoup à la Genèse, tout en se disant pour ce qu'elle est : poésie. C'est un chant qui la fait advenir. De même que dans la fin du monde, la chute des étoiles, le rassemblement autour d'Aslan, la porte, remémorent l'Apocalypse, mais une apocalypse toute en beauté et douceur, malgré la destruction qu'elle implique et qui est bien présente.
La descente dans le monde souterrain qui est l'essentiel du Fauteuil d'argent mêle diverses descentes aux enfers, et les créatures prisonnières y pâtissent bel et bien comme dans l'Enfer chrétien et sont libérées, comme de l'Enfer chrétien, par les enfants auxquels Aslan en a confié la mission.
La vision finale du Paradis est impégnée de la luminosité que lui prête Dante dans la troisième partie de La Divine Comédie.
Le Cheval et son écuyer fait miroiter les contes de Mille et une nuits, et le territoire d'Alcomen (dont l'initiale "al" renvoie bien aux mots hérités de l'arabe) en récèle autant les grâces que les dangers, mais ce roman fait aussi un clin d'oeil aux Voyages de Gulliver (Jonathan Swift) puisque les chevaux parlants y ont des noms aussi complexes que ceux des Houyhnhnms qu'ils abrègent volontiers pour les autres créatures. Tout de même se retrouvent Les Mille et une nuits des "Voyages de Simbad le marin" dans L'Odyssée du passeur d'Aurore tout autant que Le Tiers Livre de Rabelais, sans compter sans doute les divers récits de navigation irlandais, Imrama, dont l'un des plus célèbres a été mis en romanz (anglo-normand), à partir du latin, par Benedeit, Le Voyage de Saint Brandan.
Enfin,  Narnia est un monde imprégné de chevalerie, des épées et cottes de maille équipant les combattants jusqu'aux manières de s'exprimer qu'adoptent les enfants lorsqu'ils en deviennent les rois et reines.
Le plaisir du conte se double ainsi d'un vrai plaisir littéraire devant le raffinement poétique avec lequel le monde de Narnia a été construit.



Accueil                Ecrivains d'ailleurs