Le Curé de village, Balzac, 1841

coquillage




A propos de Balzac, ce site contient
: 1. Une lecture de L'Interdiction - 2. Une présentation de La Comédie humaine - 3. Une présentation de La Muse du département4. Extraits de La Muse du département - 5. Une présentation de La Peau de Chagrin. 6. Une présentation de La Maison du Chat-qui-pelote - 7. Une présentation de La Vendetta - 8. Une présentation de La Bourse - 9. Une biographie de l'auteur - 10. Le Bal de Sceaux - 11. La Fille aux yeux d'or -






Les Scènes de la vie de campagne, sixième et dernier sous-ensemble des Etudes de moeurs, premier étage de la grande construction qu'est La Comédie humaine, ne comprennent que quatre romans. Le Curé de village en est le troisième. Dans chacun de ces romans, à travers des personnages différents, dans des cadres variés (la Bourgogne, le Vercors, le Limousin et la vallée de l'Indre), c'est cependant une même vision du monde que rencontre le lecteur, la même réponse aux questions politiques et sociales que pose chacun d'eux.  Dans Le Curé de village, Balzac se proposait de montrer (et démontrer) l'influence bienfaisante parce que civilisatrice de la religion catholique, d'où ce titre générique, non pas "un" curé particulier, mais "le", non le curé d'un village spécifique, il ne s'agit pas d'un cas, mais d'un exemple, celui de tout curé qui remplirait exactement son ministère dans ce qui est, aux yeux de Balzac, le fondement même de la société, la terre et la famille. Il n'est pas sûr, toutefois, que le lecteur contemporain soit sensible à cet aspect du roman, bien davantage le sera-t-il aux personnages et à leurs ambiguïtés, et sans doute plus critique à l'égard d'une Eglise dont le rôle semble bien davantage de "voiler" les vérités encombrantes pour maintenir le statu-quo, chacun à sa place, les pauvres dans la soumission et la reconnaissance (ce que disait déjà le Dr Benassis dans Un médecin de campagne: "Les prolétaires me semblent les mineurs d'une nation, et doivent toujours rester en tutelle.") les riches dans la charité active. Le roman n'en reste pas moins fascinant dans sa construction qui exige du lecteur une attention extrême aux détails avant que le dénouement ne l'incite à tout relire pour pister ceux qui lui auraient échappé et reconstruire l'histoire souterraine qui court dans le roman comme les eaux dans les profondeurs de Montégnac qui, une fois captées et canalisées, vont changer la face de la région.








portrait de Balzac, 1842

Jean-Alfred Gérard-Seguin (1805-1875)
Portrait de Balzac, pastel exposé au Salon en 1842 (Musée des beaux Arts de Tours)

"Vous me parlez d'un portrait exposé, c'était une tentative pour avoir un portrait à graver en tête de La Comédie humaine, et cela n'a pas réussi. On n'a fait que l'homme extérieur, c'est la bête sans aucune espèce de poésie, et, après l'avoir condamné, l'artiste a voulu l'exposer. C'était destiné à ma sœur, qui n'en a pas voulu, car Meissonier doit depuis longtemps faire mon portrait. Mais je n'ai pas le temps de poser. On ne vous a pas trompée, j'ai  beaucoup engraissé, faute d'exercice." (lettre à Madame Hanska, 12 janvier 1843)

Rédaction et publication

l'écriture du texte s'est opérée en deux temps :
1. 1836-39 : projet, rédaction, publication en feuilleton dans La Presse en trois séries :
Le Curé de village (1/7 janvier 1839). C'est le récit d'une histoire criminelle (un ouvrier procelainier de 23 ans doit être exécuté, il s'appelle alors Cacheron. Il a volé et assassiné un vieil homme et sa servante). Le texte est divisé en 7 chapitres titrés.
Véronique (30 juin/ 13 juillet 39) : 4 chapitres titrés. Le premier récit appelait le second puisqu'il y était question d'une femme mystérieuse qui aurait été la complice inconnue du meurtrier.
Véronique au tombeau (30 et 31 juillet, 1er août 39) : trois chapitres titrés.
Le travail sur les épreuves (automne 38) ajoute au manuscrit "un nombre de lignes dépassant de moitié" sa teneur originelle (Pléiade, IX, p. 1532). Il change les noms : le criminel Cacheron devient Tascheron, les héritiers de l'homme assassiné, les des Launais, deviennent des Vanneaux ; il étoffe le personnage de l'abbé Bonnet en lui donnant un passé.
Balzac a noté "janvier 37" comme début de son travail mais on trouve dans un contrat de 1836 le titre dun livre, "Les Souffrances du prêtre", qui pourrait indiquer la trace d'un projet légèrement plus ancien.

2. septembre 1839 à  février 1841 : préparation de la publication en volume.
Balzac transforme profondément son oeuvre. Au lieu de commencer par l'histoire criminelle, il insère cette dernière dans la biographie de Véronique Graslin. Elle devient le personnage principal puisque le roman commence par l'histoire de sa famille, sa naissance, et se termine par la mise en scène de sa mort; il ajoute aussi les chapitres politiques et sociaux : évaluation de 1830, importance de l'Eglise et de la religion, et "toute l'histoire de la transformation de la région par la technique industrielle, ce qui représente une dizaine de chapitres, à peu près un tiers du roman publié (Pléiade IX, p. 1541). L'oeuvre est alors divisée en 29 chapitres titrés.

Dès 1838, le projet que concrétise la publication en volume était bien celui de l'auteur puisqu'il écrivait à Mme Hanska qu'il s'agissait du "pendant religieux du livre philosophique que vous connaissez, Le Médecin de campagne." (lettre du 17 septembre 1838), et non comme il aurait pu apparaître avec le feuilleton une histoire d'amours criminelles et de repentir.

Enfin, dernière étape, le texte sera corrigé pour l'édition Furne (volume 13, publié en 1845). Les corrections sont de détail, mais Balzac réduit ses 29 chapitres à 5 :
1. Véronique (qui regroupe les 6 premiers chapitres de l'édition de 1841)
2. Tascheron (chapitres 7 à 9)
3. Le curé de Montégnac (chapitres 10 à 16)
4. Madame Graslin à Montégnac (chapitres 17 à 26)
5. Véronique au tombeau (27 à 29)
Il supprime la préface, ce qui est compréhensible. La préface reconnaissait que le livre n'était pas ce qu'avait espéré l'auteur, qu'il démentait son titre puisque le personnage du "curé de village" n'y occupait pas la place centrale qui lui était promise, que l'implicite l'emportait sur l'explicite, ce qu'il justifiait par une poliique de librairie, au lieu que sans la préface le lecteur se trouve contraint de découvrir cet extraordinaire montage d'un récit toujours à double fond qui a, comme souvent, pour une grande partie, échappé à son créateur, car il n'est pas sûr que le roman fasse, comme il l'eût désiré, l'apologie de la religion catholique. 
La dédicace "A Hélène" de l'édition de 1841 (Il s'agit d'Hélène de Valette, une jeune femme bretonne -1803/1873-, avec laquelle Balzac a eu une aventure dans cette fin des années trente) est conservée, modifiée, puis finalement rayée sur l'exemplaire corrigé.



Une histoire à double fond

Le roman raconte l'histoire de Véronique Graslin, née Sauviat, mariée en 1822 (elle a vingt ans), à un riche banquier limougeaud de 47 ans; femme exceptionnelle (elle fait parfois penser à Dinah Piedefer, la Muse du département, par la détermination autant que l'intelligence la conduisant à se cultiver seule et à penser hors des sentiers battus), faible et forte dans le même temps "grand esprit entouré d'une chair si faible" dit le narrateur, qui, après son veuvage, en 1831, se retire dans le village de Montégnac, sur les contreforts du Massif central, où elle se consacre à la mise en valeur de terres jugées incultes faute d'eau, sous l'impulsion de l'abbé Bonnet, le curé du village, avec l'aide de l'ingénieur Gérard, polytechnicien dont les talents n'avaient pu jusqu'alors trouver où s'employer utilement.
Dans une lettre à Théophile Gautier, alors directeur du feuilleton de La Presse, le 28 avril 1839, Balzac explique : "Il y a cela d'original dans Véronique que le drame est en dessous comme dans Les Tascherons, et ces deux profondeurs se répondent. Je ne croyais pas à la possibilité d'arriver à de tels effets en littérature."

Les personnages

De fait, dès la présentation du couple Sauviat, parents de Véronique, le secret, le "caché", est déjà le maître mot du roman. Le couple, en effet, présente toutes les caractéristiques de l'avarice, dans l'apparence, autant de l'homme que de la femme, leur maison, leur mode de vie. Mais cette "apparence" est contredite par leur comportement religieux (pendant les années 1790 de la Révolution), par la finesse de leurs investissements dans une grosse entreprise de spéculation à Paris, par l'amour passionné qu'ils vouent à leur enfant.



Limoges

Limoges, Le pont Saint Martial, photographie Traumrune, qui donne accès, "sur la rive gauche de la Vienne" au quartier où se retirent Sauviat et sa femme après le mariage de leur fille et où  se situe la manufacture de porcelaine que Sauviat gère pour son gendre de 1823 à 1826.


La description de la maison habitée par les Sauviat en fait un puzzle qui donne au lecteur la clé de sa lecture : le roman est lui-même un puzzle dont les pièces lui seront fournies en désordre ; il devra le reconstituer, jusqu'à fabriquer lui-même les pièces ommises par le narrateur. Le prénom de Véronique joue là aussi sa partie. Véronique n'est-elle pas cette sainte, dont l'histoire se constitue vers les VIIe-VIIIe siècles, qui aurait donné au Christ montant au Golgotha, son voile dont il aurait essuyé son visage en gardant, ensuite, miraculeusement, l'empreinte ? Le voile cache et révèle dans le même mouvement. Véronique cache, sous ses vêtements, un corps admirable  comme sous son visage altéré par la petite vérole le visage lumineux de son enfance : "Quel charme pour un homme épris et jaloux que ce voile de chair qui devait cacher l'épouse à tous les regards, un voile que la main de l'amour lèverait et laisserait retomber sur des voluptés permises !". Et son âme lui cache, à elle-même, la violence du désir qu'elle découvrira à travers le plus innocent (le vicaire lui-même en autorise la lecture) des livres, Paul et Virginie. Plus tard, sous les apparences d'une grande dame énergique autant que dévouée et charitable, elle cachera les mortifications auxquelles elle se soumet à l'insu de son entourage.
De même, Tascheron, criminel sans doute par amour, cachera tout de son action dans son silence et ses manifestations de violence destinées à faire obstacle aux enquêteurs. Des amours de Véronique et de Tascheron, les lecteurs devront reconstituer le puzzle en rapprochant les indices disséminés dans le texte avant que la confession finale de Véronique ne les leur fasse réévaluer pour leur faire retrouver leur juste place dans l'ensemble.
Chacun des personnages, y compris l'abbé Bonnet ou l'ex-bagnard Farrabesche, cache, volontairement ou non, des aspects de lui-même et de son histoire, ou leur donne une interprétation dont le lecteur ne peut pas se satisfaire.

Les paysages

Si les personnages principaux se construisent comme des énigmes, plus ou moins aisées à dévoiler, les paysages ne sont pas en reste. Riants, comme l'île de la Vienne rebaptisée "l'île de France" par Véronique jeune-fille, en souvenir de Paul et Virginie, ou "âpre, sauvage et sans ressources" comme les environs de Montégnac, ils cachent leurs sommes de secrets. Secrets humains ou secrets naturels, il y a entre les paysages et les hommes d'étroites relations miroitantes. En cela, Balzac est bien de son temps, romantique autant qu'un autre, pour lequel le paysage est un "état d'âme". Véronique examinant l' "immense plateau sec, sans aucune végétation, crayeux" qui s'étend sur ses terres a conscience que certaines âmes (dont la sienne) sont identiques. Le curé Bonnet lui-même se sert du paysage comme métaphore pour faire saisir à celle qui devient sa pénitente les ressources cachées qui peuvent vivifier et transformer le paysage comme la personne. Les eaux et les pleurs sont toujours associés qui témoignent d'une circulation, d'une extériorisation de la souffrance pour les pleurs, donc de l'ouverture à des possibilités nouvelles. Il y a un imaginaire du baptème dans ce recours à l'eau qui fertilise la région comme elle "lave" l'âme de Véronique.
Dans la découverte du paysage de Montégnac par Véronique, Balzac insère de très belles pages sur "les merveilles de la forêt" qui "parle" à celui qui la parcourt, lui apportant la paix en le replaçant dans un univers plus vaste que celui auquel il est accoutumé : "Si l'on cherchait bien les causes de la sensation à la fois grave, simple, douce, mystérieuse qui vous y [dans la forêt] saisit, peut-être la trouverait-on dans le spectacle sublime et ingénieux de toutes ces créatures obéissant à leurs destinées, et immuablement soumises."






Titien, détail de la "Présentation de la Vierge au temple"

Le Titien (1488-1576), Présentation de la Vierge au temple, vers 1539, détail.

"Quiconque a vu la sublime petite Vierge de Titien dans son grand tableau de la Présentation au temple, saura ce que fut Véronique en son enfance : même candeur ingénue, même étonnement séraphique dans les yeux, même attitude noble et simple, même port d'infante."







illustration du Curé de village, 1841

Illustration de Daniel Hernandez (1856-1932), "La confession de Véronique", 1901.

Quelle religion  ?

Destiné, comme le disait son auteur, à être "le pendant religieux" du Médecin de campagne (1833), le roman compte parmi ses personnages un certain nombre de religieux que l'on peut ranger en deux groupes en apparence opposés mais dans le fond complémentaires. D'un côté, les âmes tout entières vouées à la charité (l'amour du prochain) ainsi de la soeur Marthe (première institutrice de Véronique) du grand vicaire, l'abbé Dutheil (qui est archevêque en 1843, à la fin du roman)  et du curé de Montégnac, l'abbé Bonnet ; de l'autre, les politiques : l'abbé de Grandcour, autre vicaire ; l'évêque; l'abbé Gabriel de Rastignac (frère du Rastignac du Père Goriot, qui va être sacré évêque en 1843). Les premiers, quoique peu séduisants, à première vue, sont doués d'un tel charisme qu'ils entraînent avec eux les masses les plus rétives (Montégnac est un foyer criminel avant l'arrivée de l'abbé). Les seconds savent utiliser les premiers "pour la plus grande gloire de l'Eglise". Ainsi l'intervention de l'abbé Bonnet auprès du condamné à mort, Tascheron, destinée à "au moins le sauver pour l'éternité" (ce qu'il dit lui-même), couvre une autre réalité qui s'est affirmée dans la discussion à l'évêché, et que restituent abruptement les paroles de l'abbé Gabriel de Rastignac au curé, une réalité plus politique que religieuse : "la situation périlleuse où l'impiété de son paroissien mettait la religion" (parce qu'en refusant de se soumettre à la religion il donnerait le spectacle de l'impuissance de celle-ci). Par ailleurs, l'Eglise est aussi au service de l'ordre social en vigueur ; d'abord, elle ne cherche nullement à obtenir la grâce du condamné (là où ensuite l'histoire de Farrabesche viendra prouver qu'elle en a le pouvoir), ensuite la question de la restitution du produit du vol reste au coeur de ses transactions avec la justice (le procureur général aussi bien que le vicomte de Grandville) ; sur ce plan là aussi l'abbé Bonnet réussit.
Elle a le sens des mises en scènes spectaculaires. Celle du condamné à mort, "la pieuse résignation des grands scélérats qui marchent à la mort est un des triomphes que se réserve l'Eglise [...] leur repentir atteste [...] la puissance des idées religieuses..." L'abbé Bonnet réussit là où avait échoué l'aumônier de la prison et où l'on n'avait pas osé risquer un échec pour l'évêque et Tascheron ira au supplice "Exemplaire de modestie et de piété".  La mise en scène spectaculaire de la mort de Véronique édifie la population de Montégnac, en particulier parce que les deux prêtres organisent la confession publique voulue par la mourante de manière à ce que nul, en fait, ne l'entende, hormis ses amis les plus proches.  Et le docteur Roubaud, agnostique, se convertit sur le champ.
L'Eglise, mieux que l'Etat (c'est le sens de la lettre de Grégoire Gérard à son parrain le banquier Grossetête) sait utiliser la richesse pour la faire fructifier comme la parabole des talents (implicite ici) y invite, charité active qui enrichit le détenteur du capital tout en améliorant la vie des travailleurs, vision sans aucun doute plus idyllique, voire utopique, que réelle. Elle assure la stabilité sociale en jouant parfaitement le rôle que Marx lui attribue d' "opium du peuple" : ses discours (la religion) endorment en faisant rêver d'une éternité heureuse, à quoi l'abbé Bonnet ajoute l'espoir d'un meilleur avenir sur terre en sus ; elle arrête les interrogations avant qu'elles ne se formulent clairement, et dans son pouvoir sur les êtres, la peur de la mort et le sentiment de la culpabilité (ici celle de Farrabesche, comme celle de Véronique) sont de puissants leviers.



Bien d'autres aspects de ce roman mériteraient que l'on s'y arrête. C'est le cas, en particulier, du dialogue qu'entretient ici, comme dans toutes ses oeuvres, par ailleurs, l'auteur avec ses contemporains ou ses prédécesseurs. L'année cruciale du roman est celle de 1829, année du crime, du jugement et de l'exécution de Tascheron. Balzac l'a choisie pour être celle de la publication du Dernier jour d'un condamné d'Hugo, commenté dans le roman même : "sombre élégie, inutile plaidoyer contre la peine de mort, ce grand soutien des sociétés, et qui avait paru depuis peu, comme exprès pour la circonstance". De Tascheron, le lecteur sait le crime s'il en ignore les circonstances. Et d'une certaine manière, le roman de Balzac, bon gré mal gré, démontre l'inutilité de la peine de mort. Le jeune porcelainier de 23 ans meurt sans profit pour personne, sa mort contraint sa famille à l'exil, alors que Farrabesche, tout aussi criminel, a été sauvé par l'intervention de l'abbé Bonnet et peut, après avoir accompli sa peine, être utile à la société en travaillant sur le domaine de Véronique d'une part, et en édifiant la communauté de Montégnac dont le curé admet qu'elle l'a accepté en raison de son attitude à l'égard du criminel. Par ailleurs, les personnages comme le narrateur insistent sur l'idée que la peine de mort conduit au crime : "Ce calcul [supprimer un témoin], qui détermine presque toujours les assassins à augmenter le nombre de leurs victimes, est un malheur engendré par la peine capitale qu'ils ont en perspective." Et Véronique, qui sait de quoi elle parle, affirme "Le vol a engendré l'assassinat par la fatale logique qu'inspire la peine de mort au criminel". Ainsi "ce grand soutien de la société" ne semble guère soutenir que le crime.
Comme Hugo avait décrit les conditions de détention et le ferrement des bagnards, le roman de Balzac, grâce au récit de Farrabesche, raconte la vie quotidienne, atroce, des bagnards. On peut peut-être même penser que le désir du condamné de Hugo "un prêtre de campagne" au lieu de l'aumônier des prisons, a joué son rôle dans la création de l'abbé Bonnet, lequel parvient à se faire écouter de Tascheron, à l'apaiser, à l'encontre de l'aumônier de la prison, l'abbé Pascal.
Stendhal, pour sa part, fournit la métaphore de la "cristallisation" (De l'amour, 1822) dans l'analyse des sentiments que fait naître et grandir chez la jeune Véronique la lecture de Paul et Virginie.
Dans ce dialogue, il faudrait aussi faire entrer les peintres qui viennent soutenir de leur présence une évocation, une description. Et ne pas oublier que si Balzac dialogue, les autres aussi. Ainsi, Pierre Laforgue démontre-t-il de manière convaincante le rôle que joue ce roman dans l'élaboration des Misérables. Quant à Madame Bovary de Flaubert, elle garde trace du parcours de Véronique Graslin, dans l'utilisation du livre comme miroir de soi, enrichissant chez Balzac même si dangereux, déformant et donc destructeur pour l'Emma de Flaubert, comme dans la cérémonie religieuse de l'extrême-onction détaillée avec précision dans les deux romans.



A lire : le texte est disponible sur Wikisource.
Un article d'André Lorant "Balzac et le temps de la mélancolie dans Le Curé de village."
Un article de Jacques Neefs sur le paysage "Figure dans le paysage : Le Curé de village"
A voir : sur le site de l'INA, la dramatique tirée du roman pour la télévision en 1968.


Accueil               Balzac